Spread the love

Essai: la nouvelle Ford GT V6 Turbo 24S

647 ch, carrosserie en carbone, aérodynamique de course, 500000 €, produite à uniquement 1 000 exemplaires…

la plus extrême des Ford jamais construite nous a laissé tatiné son volant pour seulement deux petits tours de pistes ! Stressant, mais tellement excitant et exceptionnel qu’on n’allait pas rater cette occasion unique…

J’ai à peine positionné la molette de sélection de la branche gauche du volant sur  « Track », que d’un mouvement très réactif, presque instantané, la version route de la Ford GT, elle vient d’abaisser de 50 mm sur ses suspensions. De quoi exploiter au mieux ses formes sculptées par la soufflerie, ayant déterminé cette coque carbone très cintrée vers l’arrière permettant le flux d’air de passer entre le 3.5 V6 bi-turbo et les roues, le tout générant, avec les divers éléments aérodynamiques mobiles, plusieurs centaines de kilos d’appui quand elle est propulsée à hautes vitesses.

laileron-arriere-mobile-ajuste-sa-hauteur-en-fonction-des-besoin-dappui-modifie-son-profil-et-se-redresse-meme-au-freinage-fonction-aerofreinAvec ses caractéristiques – inhabituelles – de niveau d’appui, il ne va pas être facile de cerner ses limites d’adhérence, d’autant que Ford bride l’expérience à seulement deux tours lancés du circuit Spa FRancorchamp, en Belgique. Bref, impossible de vous délivrer un essai minutieux dans ces conditions…

Pour abaisser le poids, les baquets sont fixes, collés sur la coque. Pédalier et volant se règlent en profondeur pour s’adapter à toutes les morphologies.

Impressionnante…

Vu la configuration du circuit, je n’aurais pas le plaisir de pouvoir vérifier les 347 km/h annoncé en Vmax. En revanche, dans les deux premières courbes rapides, le train avant, hyper incisif, affiche une adhérence assez incroyable, conséquence du très gros appui aérodynamique généré, permettant aux Michelin Pilot Sport Cup 2 de donner tout leur potentiel. Pour la même raison, l’arrière se montre totalement imperturbable, rivé au sol par l’aileron mobile, qui se relève également au freinage pour faire aérofrein, en rajoutant encore de l’appui ! Au deuxième tour, je tente de pousser encore un peu plus, mais je sens bien que, pas familier des autos disposant d’autant d’appui, je n’ose pas assez en entrée de virage, et reste encore un peu loin des limites d’adhérence de cette incroyable machine. Bref, impossible malheureusement d’estimer les sensations que cette hallucinante GT pourrait procurer sur la route, si ce n’est que l’exploiter – même à la moitié de ses capacités – sera vraisemblablement irresponsable…mais qu’on aurait quand même bien aimé pouvoir y goûter!

ford gt 1

Vu de dessus, le profil très cintré de la coque carbone est évident. Il facilite la circulation des flux d’air entre les roues et l’habitacle, au bénéfice de l’aérodynamique.

By | 2018-04-01T18:59:24+00:00 août 27th, 2017|Auto|0 Comments

Leave A Comment

Articles résents

Catégorie